Anna-Liz

LVD_digipack.indd

Elle a sur ses phalanges
Des rainures creusées
Des commissures blanches
Sur ses doigts cannelés

Elle a sur le front
Le passage des années
Ces signes en doux rebonds
Dessinés

C’est comme ça que je voudrais avoir des rides
Avec quelques plis au bord des yeux
Si ce sont les marques du sourire
Je pourrais me foutre d’être vieux (bis)

Elle a du sepia
Sur les tempes et sur la tête
Au lieu du roux
D’avant

C’est comme ça que je voudrais avoir des rides
Tant mieux si c’est gris sur mes cheveux
Je serai plus claire mais lucide
En me foutant d’être vieux
Rien à foutre d’être vieux

Il y a ce poivre et sel
Qui reflète sur elle :
« J’aime aussi maintenant »

Le temps n’est pas toujours cruel
On peut lire dans ses prunelles
Aucun regret d’antan, pourtant

Elle a des gestes en errance
Des déplacements modérés
Du style dans ses cadences
Des mouvements saccadés

C’est comme ça que je voudrais changer de rythme
Entendre mon pouls diminuer un peu
Le présent pour me laisser vivre
Mais me foutre d’être vieux (bis)
Rien à foutre d’être vieux

Paroles et musique : Liz van Deuq

Le pas lent et tremblant,
La gorge nouée,
Cette odeur de renfermée,
Je suis pâle pour mon oral.

Pas tranquille, la tête en vrac,
Je m’accroche à mon sac
Les experts, en retenue,
Vont me tirer dessus

Leurs yeux ronds en disent longs
Et lorsque l’on déclame mon nom
Ils jettent un œil à mes absences,
Ces heures de cours pris à distance

Je vais solfier, jouer, m’amuser, m’éclater, pas me lâcher
Je vais au conservatoire

Leurs stylos tout pointus,
Annotent des indices déchus,
Des regards esquivés
Je suis déjà condamnée

Tout droit à l’échafaud,
Je me lance sur un tempo,
Trébuche en démesure,
Lève la tête, en pleine lecture,

Je vais solfier, jouer, m’amuser, m’éclater, pas me lâcher
Je vais au conservatoire

Leur visage décomposé,
Je suis déjà achevée
J’ai ma mâchoire qui claque,
Quand j’vois leurs doigts qui craquent : ouh

Je serai jamais comme maestro, pendu sur le mur en tableau
Ça m’arrange un peu, j’aime pas les perruques blanches
Et ces cols montés ridicules

Je finirai certainement très mal, à pousser la chansonnette
Dans les bars ou dans les bals, levant le bras

Qu’on me serve à boire

Mais comme je suis une fausse rebelle et
qu’il me faudra bien un jour un vrai boulot,
Un peu de baume sur mes rancoeurs,
je les garde juste pour ce tableau

Un sourire, à l’année prochaine, je reviendrai
Au conservatoire

Paroles et musique : Liz van Deuq

Plus envie d’creuver des pneus,
De briser l’ordi en 2,
Fini les bons et loyaux sévices,
Pettage de plombs, les tours de vis
Je vous dis quand même « bonjour »
Pour mon dernier jour

Refrain

15 ans de boîte déjà,
15 ans de boîte, de « ferme-là »
De missionnaire à démissionnaire
Il n’y a qu’un pas, je marche droit
De missionnaire à démissionnaire
Il n’y a qu’un pas, je marche droit

Fini les primes ; et les déprimes
Vouant mes distingués sentiments pour des centimes
Moi le cadre assimilé
Ça veut dire quoi, j’ai jamais pu les encadrer
Mais qui j’ai pu encadrer

Refrain

Laissons l’inspection à son travail
La prochaine fois qu’on se voit, c’est au tribunal
De vos petits coups bas dans le dos, en 15 ans
J’ai dû vous prendre quelques-uns de vos défauts (bis)

15 ans ; je boite déjà
15 ans pourtant, c’est pas tant que ça
Eux visionnaires, mais moi démissionnaire
Plus de mauvaise mine, plus de sal air
Eux visionnaires, moi démissionnaire
Plus de mauvaise mine, plus de sal air

La concurrence me fait du pied
Je ne passerai pas à côté
Et même si je boite, j’irai à cloche-pied
Entre marche et crève, alors je marcherai ailleurs

15 ans de boîte déjà,
15 ans, alors ferme-là
Eux visionnaire, mais moi démissionnaire
Plus de mauvaise mine, plus de sal air.
Eux visionnaire, mais moi démissionnaire
Plus de mauvaise mine, plus de salaires.

Paroles et musique : Liz van Deuq

Le cerveau de liz est sous l’emprise
Une âme surprise s’est invitée dans un lobe,
L’espiègle l’espionne, se prend pour elle, et l’embobine
S’amuse à l’inhiber, liz devient illisible

Liz tente de zigouiller, ses propres magouilles enfouies
Des peurs attisées banalisées et bannies
Migraineuse elle se questionne, s’interroge et s’étonne

Refrain

Faut que tu t’analyses liz, faut que tu bouges
Faut pas qu’tu t’enlises dans tes doutes
Dans ma tête explose la névrose
Celle qui m’ankylose à petites doses
Qu’est-ce qui te déguise liz, tes déroutes
Celles qui te nuisent te dégoûtent
Les échecs s’imposent, overdose,
Et ils te réduisent, à toi-même liz

J’ai peut-être loupé oedipe, je l’ai dompté et je suis pas dupe
J’ai pris ni stup, ni trip, mais y’a quand même un truc
Rattrapé par un transfert, je m’rappelle pas d’une telle affaire
Je dois identifier mes faiblesses, pour mieux cerner mon stress

Encore un acte manqué, c’est mon surmoi qui a marqué
Sur moi, un indice ou une plaie, des émois refoulés
Le cerveau de liz mémorise ce qui brise
Stérilisé et déguisé par ce qui l’épuise

Refrain

Pas vraiment logique, je zappe d’un état psychologique à l’autre.
J’ai pas le déclic, est-ce un TOC ou un TIC,
Pas non plus de tac tic,
Ni de tact pour détecter ce qui me rend patraque,
Qu’est ce que ce trac que je décrypte ?
Dés fois, je craque

Refrain

Le seuil de sa conscience n’est pas censé savoir ses absences
Devant le divan un psy, saurait-il cerner leurs essences
Une fois sauver du spleen, apprivoiserai-t-elle sa confiance ?
L’hystérie subtilisée, lui inspire-t-elle une renaissance

Paroles et musique : Liz van Deuq

Je suis une chanson qui parle
Mais si j’en dis trop,
Si je donne les détails
À sortir les grands mots
Une chanson, ça peut faire mal
Je veux me taire, c’est trop tôt
Pour cette histoire c’est trop tôt

Mais je suis une chanson qui parle,
Alors mon auteur insiste
Il voudrait que je déballe
Les personnages et la suite
Et même s’ils n’ont pas le moral
Et même s’ils se quittent

Je ne veux pas être bavarde
Si je savais bercer
Mais quand j’les balance, les cœurs en sont malades
Je ne sais pas les apaiser

Moi, la chanson s’ils m’écoutent
Je demande pardon
Pour le refrain et la boucle
Pour cet amour qui tourne en rond
Je m’excuse aussi pour les gouttes
Qui des yeux coulent et tombent

Je ne veux pas être bavarde
Si je savais bercer
Mais quand j’les balance, les cœurs en sont malades
Je ne sais pas les apaiser

Moi, la chanson je voudrai qu’on parle
De moi et d’eux au passé
Faudrait qu’le temps passe la pommade
Que cette histoire soit belle à garder
C’était bien, même si au final
On pouvait plus s’écouter

Un jour on dira, c’était une passade
Moi, j’aurai appris à bercer
Quand on y pense, on en était malade
On dira tout ça est maintenant apaisé
Tout ça est maintenant apaisé

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Paroles indisponibles

J’ai des envies surnaturelles, de relations superficielles,
De quitter mon île, un désir d’avoir des ailes
Je voudrais sortir de cet exil, pour m’envoler au ciel,
Les îles trop tranquilles ne m’attirent plus, je veux des ailes d’hirondelles,
Mais alors je m’emmêle.

Refrain
Je m’ennuie vite sur mon île, vu du ciel,
J’ai besoin d’une étincelle,
C’est ce que m’a dit mon exil, de sa peine
De me voir si volatile
Je suis sensible au pluriel
Allergique à l’habituel,
Je ne mérite pas l’asile,
Je n’aime pas l’officiel.

À virer de bord un soir, j’ai souhaité coupé le fil,
Une pensée peu spirituelle, être plus haute que les cimes
Attirée par l’arc-en-ciel, mes ailes m’ont brûlées,
Un sourire, attrait cruel, je me suis emportée

Refrain

Mon cœur, jusqu’à présent fidèle, à mon île, s’est emballé
Dans une histoire virtuelle, pour une cruelle idylle
Juste un mirage passionnel, légères, elles se sont moquées,
Jusqu’où iront ces hirondelles, qui me font mal malgré elles
Qui me font mal malgré elles

Paroles et musique : Liz van Deuq

C’est un peu comme si mes Dieu m’avait rattrapé la manche,
Chuchotant ferme les yeux
Et sens comme l’air devient rance
Ta maison brûle à petit feu, c’est ton essence
Qui crame sous ton nez
Et ce depuis ta naissance
Plus guère de temps
Pour changer de romance

Tous ces beaux joujoux que tu vois en rêves
Mieux vaut les décommander
À se demander mais quand viendra la trêve
De tout ce que tu as entassé
Mais que pourras-tu garder là-bas ?

C’est un peu comme si mes Dieu s’apprêtait à scier la branche
Que toi et tes aïeux
Font fait pousser pour ta descendance
Décore donc ton sapin
Tant qu’il existe l’arborescence
Mais un beau matin
Pourrait finir l’insouciance

Tous ces trop beaux jours où disparaît la grève
Tout n’est pas encore tout gâté
La mer est à boire quand le soleil nous crève
À petit coup de sablier
Mais que pourrons-nous garder ?

C’est un peu comme si mes Dieu avait shooté dans mon innocence
Le grand Nord n’est plus,
Voici pour ta conscience
Écoute car c’est en moi
Qu’infuse la science
Plus de voitures,
Il faut que tu avances
Plus de bateau,
Il faut que tu avances
Encore moins d’avion,
Il faut que tu avances
Autrement,

Car si dehors, il ne fait plus si froid,
C’est un peu à cause de moi
Et si dehors, il ne fait plus si froid,
C’est un peu à cause de moi

Paroles et musique : Liz van Deuq

« Marie Madeleine est si exquise »
Dit doux Jésus à ces 12 amis.
« Ces saints si sincères sont hors pair, oh père !
De leurs auréoles, frivoles, ils volent
Au plus haut de mes yeux.
Ils frôlent encore, mon esprit.
Amen, amen,
Amenez-vous vite

Voici le vin, le pain.
Mais le plus divin
Est bien le corps à corps.
Mais il faudra encore
2 millénaires pour vous protéger mes frères.
Un cylindre à rebords
Vous préservera de la mort.
Il retiendra l’essence
De l’amour.

Il mène, il mène,
Il mènera sans fuite.

Jésus leur dit :
« Vous en prendrez tous
Vous l’enfilerez comme un juste au corps.
Même si les paroles du riche pontife
Condamnent le condom,
Pardonnez-le, comme je pardonne,
À ceux qui m’ont enfoncé des clous,
À peine, À peine,
À peine l’entendrez-vous,

Ne vous soumettez pas à la frustration.
Délivrez-vous des souffrances,
Vous serez cela en mémoire de vous.
Parce que le mot « aime »,
À l’échelle humaine est
À même, à même
À même d’être de chair

Paroles et musique : Liz van Deuq

Je suis une artiste et je suis égoïste,
Regardez-moi, j’existe !
Voici mon visage,
Voyez cette image, qu’on me fasse tous les hommages !

J’ai besoin de sentir l’admiration,
Cela vient d’un manque profond
Enfant, j’ai flirté avec l’abandon,
Mes sentiments font exception

J’ai un don imperceptible,
Parfois même inaudible
Un cœur fragile,
Et je suis aussi très susceptible !

Malheureusement pour moi, je suis née,
À une époque bien redoutée,
La concurrence des personnalités,
Atteint son apogée

Je me permets n’importe quoi,
Mais c’est mon langage à moi,
Vous croyez une absence,
Quand tout ici fait sens,

Mais vous ne pouvez pas en avoir conscience
Si vous n’accédez pas à la nature
De mon œuvre pure,
Vous êtes alors, un être immature

J’ai une tendance à la provoque
Dire les injustices de notre époque,
Mais à part chanter, «c’est un choc ! »
Je ne fais rien, c’est du toc,

Nous sommes dans une ère,
Du succès éphémère,
Je suis une victime de cet adultère
Narcisse est mon père,

Lorsque Je me prends un râteau,
Je dois l’exprimer tout haut.
Et mon public s’intéresse
À mes histoires de « lalalala »

Je suis une artiste
Je suis une artiste et je suis égoïste,
Regardez-moi, j’existe

Paroles et musique : Liz van Deuq

SLAM

Pourquoi ils ne me croient pas quand je leur dis que j’ai déjà :
– Parlé de philosophie
– Regardé un film d’art et d’essai
– Fait des soirées « électro »
– Dans des bars gays branchés
– Imaginé des projets d’avenir
– Parlé de pays étrangers
– Depuis ici et d’y aller
– Vu des concerts pas que du ska
– Goûté aux plats libanais
– Écouté de l’électroacoustique ?

Il m’est déjà arrivé de :
– Me sentir un peu stressée
– Rencontrer des mecs bien
– Partir en randonnées
– Pas payer les yeux de la tête un appart pas très grand
– Aller à des conférences sur le multimédia
– Manger des fois terroir
– Allumer rarement la télé
– Apprécier la tranquillité, apprécier le conservatoire (ça m’arrive) ?

Ils font semblant de rien apprendre, quand je leur montre un endroit nouveau

Ils ne me comprennent pas, quand je leur je dis que j’ai déjà :
– Croisé des gens connus
– Qui m’ont un peu déçu, ou pas
– Évoqué la politique, des perspectives économiques
– Fait la fête avec des jeunes, dans des soirées atypiques
– Testé des régimes diététiques, Dans un salon de beauté
(Y’en avait au moins un, donc j’ai tenté)
– Trouvé des gens réglos, degentés ou mégalo
– Ne mettre que 10 minutes, pour me rendre au travail
– Accepté la moyenne d’âge, de 4 ans supérieure à la moyenne nationale
– Relativisé : m’être dit que c’est normal de revoir les mêmes têtes, parce qu’ici c’est tout petit

Pourquoi ils ne me croient pas
Quand je leur dis que j’ai fait tout ça
Pourquoi ont-ils l’air si étonnés
Quand je leur dis qu’j’ai fait tout ça

Dans la Nièvre ?

Texte : Liz van Deuq

I am an extraterrestrial
But I live on earth
I am strange, some say sad
Cause there’s nothing around me

Are you OK ? Are you doing alright ?
They say « you’re not looking good »
Are you sure of your choice ?
It is still time to have fun

Refrain
I feel good
When I see green around me
I feel good
I am not going mad
I feel good
Why do you think I’m lost ?
I feel good
Is it serious doctor ?

I live in the country, I’m sorry
Don’t understand the human comedy
No access to the alphabet
A wolf brought me up

I am old fashionned
It is written in stone
I will finish all alone
In the country

REFRAIN

I cannot be proud
I don’t have the right
Cause I live in a town
Called Never – with an S

REFRAIN

Nevers with an « S »

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Musique de chambre

lvd-ep2016-recto

Tu me parlais en continu
Je t’écoutais si dévolue
Je t’ai éteinte
Toi qu’allumais tout ce qui bouge
Tu manquais rien à nos yeux rouges
Je t’ai éteinte
De tes fuchsias un peu vulgaires
Des samedis soir de ma grand-mère
De tes poupées et de tes frasques
De tes nets dégueulasses
Je t’ai éteinte
Je suis bien mieux dans mes saisons
Depuis ce nouvel horizon
Je veux du mur et du plafond
Dans mon salon

Je t’ai viré à coup d’saton
Il est plus confort mon futon
Mes étreintes
Prennent leur temps dans un silence
Je sors un peu, ma vie recommence
Et sans feinte
On s’est connu déjà zombie
T’avais souillé mes mercredis
Moi déjà en bambi addicte
Elevée à la pensée unique de crétin
J’évoluais livide et funeste,
Sur ces après-midi qui restent
J’étais timide et associale,
Ce divan-là m’était royal,
J’étais atteinte

Par tes spectacles magnifiques
Mises en lumières épileptiques, les destins
Des autres qui dans tes sitcoms
Me rendaient alcoolique et conne de chagrin
Dans tes fictions si pathétiques
Dis-moi tes blondes platines phalliques
Vont-elles bien ?
Je t’ai quitté un peu par chance
Un jour d’étudiante qui se lance
Pas si loin

J’ai dû passer à côté de moi
Sous la perfusion de tes choix
D’écran plat
Toi qui prenais mon reptilien
Pour y sillonner ton chemin
Si restreint
Moi l’anonyme toxico
Tu t’es nichée dans mon cerveau
Vieille démago
Combien de journées de soleil
Ai-je manqué là dans mon sommeil
Ton sirop

Il y a parfois quand on m’invite
« Poubelle la vie » qui décrépite
Dans un coin
J’ai comme une envie soudaine
De faire l’intello parisienne
Qui se déchaîne
Et je me vois au ralenti
Tel un ninja qui se déplie
Et dans un cri
Sortie de ma cure de désintox
Est-ce que ça marche le still-nox
Sur la box ?
Sortie de ma cure de désintox, est-ce que ça marche le still-nox,
Sur la box ?

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Nous on est fait pour être simples oui, Nous on est fait pour être ensemble oui
Mais notre petit truc à nous, qui souvent fait des jaloux,
Nous on est Cinq, un point c’est tout

Mais on est tout le temps soudé oui, Et à 5 on sait s’occuper oui,
Quand on est 5, on n’s’ennuie pas, alors qu’à 2 ben si dès fois
Nous c’est pour ça que l’on est 5

Et dans une main il y a 5 doigts oui, Et même France, c’est comme ça oui
Parce que demain ne suffit pas, Nous c’est l’anneau à chaque doigt
Oui pour nous 2, j’ajoute 3

Si on est 5, ça dérange qui ? dit ! Si on est 5, qui ça dérange, dit ?
Qui peut juger de l’extérieur, ce qui est pire ou bien meilleur
C’est comme les goûts et les couleurs

Faut voir les gamins d’aujourd’hui, oui, Est-ce que 2 parents ça suffit, dit ?
En nombre impairs pour éduquer, on peut voter à mains levées,
Au moins à 5, on peut trancher

C’est plus facile pour un crédit oui, On est solvable aussitôt dit, oui
À vous qui prônez le partage, Laissez nous écrire notre page,
À quoi bon toute cette rage ?

Nous on est fait pour être simple, oui, Nous on est fait pour être ensemble, oui
Mais parfois c’est si complexe, d’essuyer leurs regards perplexes,
Mais nous on s’aime et on est 5

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Moi je vais lui en faire voir de toutes les couleurs, à l’amour
Moi je vais aller lui faire sa fête, à l’amour
Le devoir m’appelle

Tous à cavaler dans le désert,
Pour l’amour, on donnerait sa chair,
Bien après quelques mirages,
Moi, je tomberai sur son visage
Mais sans me jeter à son cou
De mon flingue, je le tiendrai en joue
Oh amour, est-ce bien comme ça que tu t’appelles ?

Avec l’amour, c’est un peu comme au poker
Il faut bluffer ou bien se taire
J’lui dirai p’t-être à un moment
« je t’imaginais un peu plus grand »
Et lui restera bloqué à terre
Mon pied sur lui : « sans commentaire,
Amour très cher
Puisque c’est comme ça que tu t’appelles »

Moi je vais lui en faire voir de toutes les couleurs, à l’amour
Moi je vais aller lui faire sa fête, à l’amour
Le devoir m’appelle

Amour, je sais que tu pourrais te faire la belle
De ta gueule d’ange, ton œil rebelle,
J’te connais comme si je t’avais fait
Mais si tu pars, j’te retrouv’rai
Et sur ta tempe ; mon revolver
Tu reviendras, les bras en l’air
Amour très cher, mais dis moi qui t’appelle

Moi, je vais lui en faire voir de toutes les couleurs, à l’amour
Moi, je vais aller lui faire sa fête, à l’amour
Le devoir m’appelle

Je lui ferai mordre la poussière,
Corvée de travaux d’intérêt général, payé que dalle
Et comme il a bien quelques comptes à rendre
Et puis un métier à apprendre
Faudra qu’il creuse, qu’il creuse encore
Au fond du gouffre, il y a de l’or
Ô amour, voilà ta pelle

Moi je voudrais lui faire voir toutes les couleurs, de l’amour
Moi je voudrais qu’on lui fasse une fête, le devoir m’appelle

Mais épargne-moi tes sempiternelles
Moi j’y crois pas à l’éternel
Le temps d’une vie ; ça me suffit
Jusqu’à ma mort, tu restes ici
Et souviens toi, c’est moi qui ai l’arme à feu
Tu finiras bien, ô amour, par t’attacher un peu

Paroles et musique : Liz Van Deuq

T’es comme le vent, passant devant, là tout au bord,
T’es comme le vent, passant sifflant, si près du corps,
Comme le vent doucement, m’effleurant vaguement, moi qui crois que tu mords,

Comme le vent se levant, venant puis revenant, si avenant alors,
Moi je prends les devant, moi je vais de l’avant, en t’invitant dehors,
Mais toi ; courant fuyant, de ton souffle j’entends : « restons des copains d’abord »

Et nous voilà ainsi, et nous voilà amis,
Amis, Amis, Amor
Et nous voilà ainsi, et nous voilà amis,
Amis, Amis, À tort

Mais quand ta bise m’approche, Que tu me reviens pour un salut,
Pourvu que nous joues glissent et que s’accrochent, nous, nez à nez
Et puis les nues ; nous et les nues

Mais cela n’dure qu’un temps, et l’instand suivant, la brise à l’envers,
Dans l’instand suivant, toi le bel élan, repars en arrière,

Tu dis « ça va comment ? », tu me parles du temps, ton soleil ; de l’air !
Tu dis « ça va comment ? », tu parles du temps tout le temps, et face au réverbère

Et nous restons ainsi – Et nous restons amis
Amis, et moi, amère
Et nous restons ainsi – Et nous restons amis
Amis, amis, ah merde !

Et puis ta bise m’approche, et tu me reviens pour un salut
Pourvu que nos joues glissent et que s’accrochent, nous, nez à nez
Et puis les nues, nous et les nues

Puis tu pars en coup d’vent, moi planté-là devant, quand la brise cesse,
Après ton bon vent, ma main se levant, « coucou » dans un geste,

Mon cœur combattant, et mes bras ballants ; de toi ce qui reste,
Des nuages flottants, j’ai pris face au vent, j’ai pris une veste,

Mais dorénavent, je n’ai plus peur du vent, car je me suis pris une veste
Oui, je me suis pris une veste.

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Elle a sur ses phalanges
Des rainures creusées
Des commissures blanches
Sur ses doigts cannelés

Elle a sur le front
Le passage des années
Ces signes en doux rebonds
Dessinés

C’est comme ça que je voudrais avoir des rides
Avec quelques plis au bord des yeux
Si ce sont les marques du sourire
Je pourrais me foutre d’être vieux (bis)

Elle a du sepia
Sur les tempes et sur la tête
Au lieu du roux
D’avant

C’est comme ça que je voudrais avoir des rides
Tant mieux si c’est gris sur mes cheveux
Je serai plus claire mais lucide
En me foutant d’être vieux
Rien à foutre d’être vieux

Il y a ce poivre et sel
Qui reflète sur elle :
« J’aime aussi maintenant »

Le temps n’est pas toujours cruel
On peut lire dans ses prunelles
Aucun regret d’antan, pourtant

Elle a des gestes en errance
Des déplacements modérés
Du style dans ses cadences
Des mouvements saccadés

C’est comme ça que je voudrais changer de rythme
Entendre mon pouls diminuer un peu
Le présent pour me laisser vivre
Mais me foutre d’être vieux (bis)
Rien à foutre d’être vieux

Paroles et musique : Liz van Deuq

Mais dans tout ça, il en reste une
Dans ce fatras, une opportune
Quand toutes les autres sont closes
À elle seule, cette chose

Qui mène encore vers le possible
Quand toutes les autres inaccessibles
Quand toutes les autres trop communes
Cette chose-là, il en reste une

Parmi toutes celles qui à perpetes
Murées depuis bien belle lurette
La seule chose qui un instant
Reste sensible au petit vent

À suivre même si rien est sûr
Petit filon qui d’aventure
Serait le lien, serait ouverte
La chose qui peut, ou qui peut-être

Un 3 fois rien, mais dans ce noir
Cette lueur floue, est pour ce soir
La chose comme une allumette
Cette étincelle qui s’apprète

Sur son nylon, qui là se lance
Nommé dit-on « infime chance »
En conducteur inattendu
En fil d’ariane si ténue

Dernier filon, dernière chose
La sauve qui peut, celle qui ose
Cette chose-là ; promesse tenue
Quand toutes les autres ont déçu

À oser tout, et contre toutes
À tenter le « ote moi d’un doute »
Isolée là mais pas perdue
Elle est bien là, la seule issue
La seule issue

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Autres chansons

Si j’étais supporter de foot, ou si on m’demandait de refaire,
Certaines règles internes au foot : pour la durée règlementaire,
De moitié j’la f’rais plus courte, ce pour des raisons sanitaires
Faut pas rester dehors plein d’gouttes, de sueur en maillot l’hiver

Si j’étais chef de la f.f. De foot, j’impos’rai aux joueurs de se taire,
Au moment des interviews, oui l’art se passe de commentaires,
Que toute la beauté même du foot, est quand il garde ses mystères,
Pitié silence sur france infoot, prenez-vous en aux sport d’hiver !

Que les classements tombent au compte-goutte, ah si j’étais décisionnaire
J’obligerai tout stade de foot, à bloquer son accès vestiaire,
Laissez-nous avec nos doutes, ça r’garde pas la ménagère

J’voudrai des chut après des shoot, pour méditer sur les corners,
Car oui si j’étais fan de foot, voyant mon fils en short vert
C’est mignon tes crampons de boots, oui c‘est beau tes crachats par terre,
J’tai vu dans le calendrier d’foot, vetu autant qu’un verre de terre
Maman est fier de son petit bout, l’as-tu fais voir à ta grand-mère ?

Y a bien des écoles de joueurs de foot, moi j’invent’rai celle des supporters,
Des cours d’maquillage facial par groupe, oui ce s’rait là une grande première,
On f’rait des vagues, comme ça en boucle, et la ola, s’rait une matière
Emploi du temps serré ; par jour ; 3 heures de chant-choral-plein-air
(la la la la la, sur air « will survive » en mineur)

Si j’étais supporter de foot, qu’on disait qu’j’fous ma vie en l’air,
Que l’on m’avouait que j’fais fausse route, que j’ai changé, que je pompe l’air,
J’dirai que j’en ai rien à foot, et que parmi les supporters,
Je serai bien, oui sans nul doute, je serai bien la toute dernière,

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Notre histoire c’est pas fou, notre histoire c’est pas fou,
C’est pas fou-
-tu, faut pas
Faut pas qu’tu l’avoues, car moi je l’avou-
Je le dis je la vou-
-drai bien 2 fois
Je suis la debout, devant toi 2 bou-
-quets dans mes doigts
Dis-moi que c’est doux, sinon que c’est dou-
-leureux pour moi

Tu t’souviens du début, quand on s’était vu
Je me suis sentie vu vu vu-
– lnérable et seule
Et puis t’avais bu, je veux dire t’avais bu bu bu-
– té sur mon prénom
Je sais pas si t’as su, en tout cas moi j’ai su, enfin j’ai su-
– posé des intentions
Après ça on s’est tû, souviens toi on s’est tu-
– toyé pour de bon

Et puis on avait le bègue, enfin je veux dire le bègue

On avait le bègue, on avait le bè-
-guin oui le bè-guin
Tu mélangeais tes ex, car tu avais des ex,
Enfin des ex-plications en vain,
Tu m’as dit qu’on aurait du sexe, oui tu as dit du sexe
Enfin du s’ex-primer au moins
Moi j’écoutais c’est bête, je me disais c’est bête,
C’est bête, ces bêtises nous iraient bien

Puis tu m’as dit c’est sophie, un jour tu m’as dit c’est sophie,
Entre toi et moi cest sophie-
-stiquer l’amour
Je t’ai dit ça suffit, toi et moi ça suffira
(je sais) ça suffit, enfin ça suffi-
Ra toujours
Quand je pense à nous, je ne pense plus à nous
Enfin à nou-
Rir mon chagrin
Me voilà a genou, suppliante : ah ! Je nous
Imagine si bien

Notre histoire c’est pas fou, notre histoire c’est pas fou,
C’est pas fou-
-tu, faut pas
Faut pas qu’tu l’avoues car moi je l’avou-
Je le dis je la vou-
-drai bien 2 fois
Je suis la debout, devant toi debout
Enfin 2 bou-quets dans mes doigts
Dis-moi que c’est doux, sinon que c’est dou-
-leureux pour moi

Paroles et musique : Liz Van Deuq

Je me suis laissée tranquille,
Ce matin était utile,
Au levé, je savais quoi faire de mes mains

Je me suis laissée tranquille,
Et je plane sur la ville,
Ses couleurs, je les vois enfin

Il fallait quitter d’un coup
Il ne tenait plus mon cou
Et si ma tête est basse
Je ne serai plus lasse
Demain,

Demain,
Je me suis laissée mentir,
Je ne pouvais rien vous dire,
Mais flanqué au sol à ma joue

Mais quand le silence attire
Il me reste qu’à choisir,
Une seule heure et puis au petit jour

Il faut se quitter d’un coup
Il ne tenait plus mon cou
Ma tête se prélasse
Pour moi déjà s’efface
Demain,

Ma tête se prélasse
Pour moi déjà s’efface
Demain,
J’ai laissé fermés mes cils, Pour cacher les deux pupilles
Accrochées au dernier rendez-vous

Maintenant je suis tranquille, Dessous moi toute la ville
Ses couleurs éparpillées partout

Paroles et musique : Liz Van Deuq

D’or d’or, d’or, le disque dort dort dort

Le disque d’or d’or dormira bientôt
Sort sort sort, le disque sort sort sort

Mon disque sort sort sort, c’est pas trop tôt
Fort, fort, fort, écoute-le fort fort fort

Et trouve le fort, fort formidable et beau
Heures, heures, heures pendant des heures, heures, heures

Si sur deezer, zer, zer, t’entends mes mots
Tune, tune, tune, ou sur iTune, tune, tune

La fausse commune de toutes nos compos
Mort, mort, mort, mange-disque est mort, mort, mort

Mange-disque est mortel comme mes droits bientôt
Core, core, core, Écoute encore, core, core

Oui s’il te plait mon disque, en chair en os
D’or, d’or, d’or, mon disque d’or, dort, dort

Mon disque d’or, réveille-toi bientôt

Paroles et musique : Liz Van Deuq